Journée internationale des Musées

ICOM-Haïti lance la quinzaine des musées

La véhémence avec laquelle Rachelle Doucet, présidente d’ICOM-Haïti, défend, ce vendredi matin au Mupanah, la cause des musées, ne laisse aucun doute dans les esprits. Son équipe et elle ne comptent plus lâcher les institutions muséales ni les laisser tomber dans l’oubli. La Quinzaine des musées, du 14 au 31 mai, lancée dans le contexte de la Journée internationale des musées, le 18 mai prochain, est un premier pas.

Publié le 2017-05-15 | Le Nouvelliste

Culture -

Michèle G. Frisch, directrice du Mupanah, a introduit Rachelle Doucet, Michaëlle Saint-Natus et Mireille Fombrun qui ont formé le panel de la conférence de lancement des activités de la Journée internationale des musées. Respectivement présidente, trésorière et membre d’ICOM-Haïti, les panélistes, qui forment avec d’autres le Comité national haïtien de l’ICOM-Haïti, ont présenté les grands axes à partir desquels elles posent leurs actions et l'agenda pour les quinze jours. De nombreuses manifestations marqueront la journée du 18 mai dans tous les musées du monde à travers le thème Musée et mémoires douloureuses. « Le musée pouvant être un espace de pacification, un espace où l’on peut se questionner, réfléchir pour dépasser les blessures du passé », selon Rachelle Doucet. « C’est une honte qu’un pays comme Haïti ne possède que quelques rares musées, centres d’interprétation et d’exposition », a déclaré Rachelle Doucet. Notre patrimoine culturel est de plus en plus fragilisé tandis que peu d’actions sont concrètement entreprises pour le conserver ou le protéger. C’est en considérant cela que l’ICOM-Haïti a défini cinq axes majeurs de travail », a poursuivi la présidente de l’ICOM. L’ICOM-Haïti, qui est une association dénominative du Conseil international des musées (International Council of Museum/ICOM), entend tout d’abord se renforcer à l’interne en vue d'accomplir des actions plus concrètes qui répondent davantage aux besoins de sauvegarde actuel du patrimoine culturel. En effet, ICOM-Haïti existe depuis plusieurs années, mais n’a été reconnu comme association par l’État haïtien qu’en octobre 2010. Le comité national vise d’autre part le renforcement des rapports nationaux et régionaux afin de faciliter les échanges, mais aussi de faire une réelle promotion des institutions muséales et valoriser leurs missions et leur importance dans la société. Contrer le trafic illicite des biens culturels, notamment en rendant disponible le livre rouge regroupant l’ensemble de biens susceptibles d’être trafiqués, est un autre point non négligeable pour ICOM-Haïti. En dernier lieu, une contribution sera apportée à la prévention de risques pour le patrimoine culturel vulnérable par un appui technique, par la mise à disposition de la documentation nécessaire. Michaëlle Saint-Natus, à la fois trésorière de l’association et directrice du musée du Parc historique de la Canne à Sucre, a encouragé les initiatives qui existent déjà ainsi que les nouvelles. Elle a par ailleurs présenté les neuf institutions qui les ont rejointes jusque-là. Citons, entre autres, le Musée numismatique de la BRH, le Musée d’art, le Centre d’art, le Musée Ogier Fombrun, les Archives nationales. Le Mupanah étant l’instance qui apporte son expertise à toutes ces institutions dans la mesure de ses moyens. Mireille Fombrun du Musée Ogier Fombrun a soumis la liste des activités prévues pour la quinzaine qui s’étendra du 14 au 31 mai prochains. Journées portes ouvertes, conférences, projections, visites guidées attendent tous ceux-là qui voudront faire le déplacement seuls ou en famille. « Les déplacements en famille sont vivement encouragés, c’est une opportunité d’initier les enfants à l’importance du patrimoine, des musées mais aussi de faire une bonne activité en famille », a encouragé madame Fombrun. À noter que le Centre d’art, le Bureau national d’ethnologie, le Parc historique de la Canne à Sucre, la RTVC et le Musée Ogier Fombrun sont les principaux lieux de rencontre de la quinzaine. Le Comité national haïtien de l’ICOM, de son sigle ICOM-Haïti, est une association à but non lucratif, légalement enregistré auprès de l’État haïtien qui rassemble les principaux musées du pays ainsi que des professionnels de musées et d’institutions muséales haïtiennes. L’ICOM-Haïti est membre du Conseil international des musées (de son sigle anglais ICOM) qui a son siège à Paris. C’est l’organisation internationale des musées et des professionnels de musées, regroupant plus de 35 000 membres répartis dans 145 pays et 20 000 musées. Le conseil travaille en étroite collaboration avec l’UNESCO.

Réagir à cet article