Jacmel est dans le noir

Publié le 2017-05-10 | Le Nouvelliste

Société -

La population s'inquiète, se démêle, bon gré mal gré. On est en plein week-end de la Saint-Jacques et Saint-Philippe. Les grandes artères de la ville sont dans l'obscurité complète: rue Barranquilla, avenue de La Liberté, rue du commerce, rue de l'Eglise... Ça alors! Où cela va-t-il nous conduire? Dire que cette ville avait l'électricité 24 sur 24, cela ne fait pas longtemps. La ville est en déphasage. Qui l'aurait dit: Et comme je résonnais tout haut sans m'en rendre compte,mon ami d'à côté me dit " Mais c'est tout le pays qui est en déphasage arrière...On a envoyé par-dessus bord tous nos acquis...la Minoterie, le Ciment d'Haïti, la Hasco..." Vérité de La Palice" Mes réflexions étaient focus sur Jacmel, je continuai..." «Jacmel, « se la pou la » la ville est fatiguée de ces slogans creux Paroles, paroles, paroles... Encore des mots, toujours des mots Les mêmes mots Caramels, bonbons, chocolat»...Chanson de Dalida. Des mots qui sonnent faux. Des mots du moment... Le temps des élections législatives, présidentielles... . "L'HOMME, dit MALRAUX, EST CE QU'IL FAIT" Où sont nos représentants dans le Sud-Est, sénateurs, députes, délégués, magistrats ? Où sont-ils ? Et nous en avons eu de très influents... sous la présidence d'Aristide, sous Préval, sous la présidence de Martelly… Regardez… on nous a donné un pont à l'entrée de la ville d'Alcibiade Pommayrac, au marché Geffrard... pont médiocre… rien de vraiment valable... Gabions ici et là... Qu'est-ce que cela veut dire ? Jacmel a horreur de la médiocrité. Et ils sont tous, mes amis, des Jacmélien. Il est grand temps que l'on commence à penser Grand pour Jacmel, pour Haïti. On nous a privé de notre aéroport, aéroport qui aurait ouvert au Sud-Est des possibilités immenses Nos représentants sont restés «bouche bée» Ils ont massacré la rue du Commerce. La rue du Commerce était une rue bien bétonnée. C'est dans cette rue que se trouve la plupart des maisons en fer et fonte de JACMEL. On a déposé sur le béton des cailloux de rivière en forme de galette. Ces cailloux se décollent. La rue est devenue impraticable. On doit marcher la tête baissée pour éviter de tomber. Personne ne veut travailler pour son patelin. Tout le monde rêve d’être sur la liste de Forbes. Personne n’est à la recherche d’une solution. Jacmel attend... Nous avons un nouveau gouvernement. Le Sud-Est attend... Jacmel est une ville à vocation touristique… « L'HOMME EST CE QU'IL FAIT » ... Nous n'avons pas besoin de réinventer la roue ou le levier du second genre. En 1980, la canne à sucre était l'industrie principale de notre voisin, la République dominicaine. En l'an 2000 déjà, le tourisme l'avait supplanté. Commencer sérieusement quelque part. ..Ne pas éparpiller nos ressources. Nous sommes le seul pays de la Caraïbe à ne pas faire du tourisme notre cheval de bataille. Nous avons une nouvelle équipe: Moïse-Lafontant. sénateurs, députés, magistrats, délégués ... Mettez-vous à l'écoute de vos mandants. La population vous a hissé sur le pavois. Souvenez-vous-en. Ne soyez pas trop infatués comme Icarus parce que soudainement ailés. Il faut léguer de façon à ne pas vous en aller comme des « poules mouillées». Quatre ans, oui dans quatre ans, vous aurez besoin de vos mandants...Mettez-vous au travail ! Jacmel se cherche. Jacmel a besoin de son électricité. Jacmel a besoin de son aéroport pour trouver sa voix dans la modernité. Dr Joseph Léon Paul

Réagir à cet article