Institut Français en Haïti/Vente signature:

Gary Victor va signer trois livres en Allemagne

Publié le 2017-03-17 | Le Nouvelliste

Culture -

Wébert Lahens « Les Temps de la cruauté, roman, Editions Philippe Rey, 2017 », a offert à Gary Victor, en signature, ce vendredi, à l'Institut français en Haïti, une belle occasion de revoir ses admirateurs. Ceux et celles qui voulaient lui serrer la main, chuchoter un compliment gentil n'ont pas fait d'économie de sympathie. L'écrivain sait toujours quoi dire entre un sourire complice et une dédicace qui condense quelques notes de cœur sur la page. L'icône de la littérature haïtienne a trois livres à clef traduits en allemand avant de s'envoler vers l'Allemagne, le samedi 18 mars. Pour rendre honneur à l'auteur, deux ambassadeurs, l’ambassadeur de France en Haïti, Élisabeth Beton-Delègue accompagnée de son époux et l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en Haïti, M. Manfred Auster ont été, parmi les premiers, à acheter le nouvel ouvrage. D’un côté, l’ambassadeur de France et son mari – deux passionnés de Gary Victor-, se sont procuré plusieurs livres de l’écrivain en signature parmi ceux qu’ils n’ont pas encore lus. Quant à l’ambassadeur de la RFA, M. Auster, sa présence, à la vente signature, est motivée par une autre raison : Gary Victor, selon le représentant accrédité de la RFA en Haïti, est l’invité d’honneur de son pays. Celui-ci doit signer trois de ses ouvrages, à caractère policier : « Soro », « Saison de Porc », « Cures et Châtiments » parus, d’abord, chez «Mémoire d’Encrier». Tous ces trois titres sont traduits en langue allemande. Il part, dès ce samedi 18 mars, pour Berlin où il restera jusqu’à la première quinzaine d’avril. Durant son séjour, il signera ses romans dans treize (13) villes de la RFA. L’ambassadeur Auster a fait savoir que c’est la première fois qu’un écrivain haïtien jouira de tant d’attention. La passion de Gary Victor L’ambassadeur de France a expliqué les motivations de sa passion pour l’œuvre de Gary Victor. Cet auteur lui a permis de pénétrer dans les croyances, les pratiques, les habitudes, la culture profonde du peuple haïtien. Gary Victor l’a connectée à une vérité qu’elle ne comprenait pas en tant qu’étrangère - qu’elle ne pourrait pas comprendre, sans cette introduction. La diplomate a parlé, avec force illustrations, d’Hérodiane dans « Le sang et la mer » où Estévèl, le frère de celle-ci, venu la chercher se transformait sous l’eau, où aussi l’eau, quittant Saint-Louis du Sud, a traversé tout sur son passage pour atterrir à Pétion-Ville, chez Yvan, l’amant mulâtre de la héroïne... D’autres lecteurs se sont empressés d'acheter Gary Victor. Une professeure nous a permis de comprendre les raisons de son intérêt pour ce livre. Elle lit l’auteur, mais ce qui l’a frappée surtout, c’est que celui-ci lui a permis de saisir les manifestations de la culture des Haïtiens. Le fait de comprendre les élèves, à travers cet écrivain, lui a permis de s’adapter au comportement en classe des étudiants. Sans s’en préoccuper, Gary Victor illumine la vie de ses lecteurs. Tant de monde à ses ventes-signatures, cela lui procure «une satisfaction intense».

Réagir à cet article