Le ministère de l’Environnement lance le fonds haïtien pour la biodiversité

Une Table sectorielle de l’environnement (TSE) a été organisée jeudi par le Ministère de l’Environnement (MDE) à l’hôtel Kinam dans le but d’initier un fonds fudiciaire pour la conservation de la biodiversité. Ce fonds devrait permettre à l’État haïtien de mieux coordonner les projets et l’argent alloué à différents acteurs œuvrant pour la protection de la biodiversité.

Publié le 2017-03-17 | Le Nouvelliste

National -

En accord avec des partenaires institutionnels du secteur, le ministère de l’Environnement a ouvert ce jeudi le débat sur la nécessité de créer un fonds fudiciaire pour la conservation de la biodiversité en Haïti. « Tous les acteurs du secteur de l’environnement, toutes les organisations œuvrant pour la protection de l’environnement doivent concerter, travailler ensemble afin de mieux gérer les fonds alloués au secteur. Cela va aider à éviter les duplications de projets. Ainsi, les organisations ne vont pas travailler sur des projets déjà exécutés par d’autres et vont éviter de dépenser inutilement de l’argent », a expliqué Hugo Coles, le directeur du bureau national de l’évaluation environnementale. En effet, les échecs répétés de la mise en œuvre du fonds de réhabilitation de l’environnement haïtien exigent, selon les organisateurs, d’utiliser une autre approche. « Nous voulons une meilleure coordination de l’argent disponible pour la biodiversité. C’est pourquoi, le ministère de l’Environnement accompagne les acteurs de la société civile pour discuter sur l’importance du fonds fiduciaire », a poursuivi M. Coles. Haïti est devenue pays observateur du fonds caribéen pour la biodiversité en 2016. Par conséquent, afin de profiter des avantages financiers et techniques de ce fonds, il s’avère nécessaire de prendre des mesures adéquates. D’où la mise en place d’une commission pour la mise en œuvre du fonds haïtien pour la biodiversité. « L’initiale permet aux différents acteurs intéressés de discuter et de se regrouper. Nous travaillons avec d'autres organisations pour mettre ce fond sur pied. C’est un mécanisme de contrôle des dépenses qui permet de mieux gérer les fonds et les activités des acteurs œuvrant dans le même domaine », enchaîne-t-il. Pour sa part Martine Therer, la directrice adjointe du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) dit travailler étroitement avec le ministère de l’Environnement pour nous assurer de la réussite dudit projet. L’avantage du fonds, justifie la responsable de l’organisme onusien, c'est que nous travaillons dans la plus grande transparence sur la question des financements. Ces fonds ont été créés en 2015, sous le nom de Haïti National Trust (HNT), pour réaliser des activités spécifiques à l’environnement. Le ministre Dieuseul Simon Desras entend élargir la collaboration avec d’autres organisations partenaires comme : le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD), l’ONU environnement, la Banque interaméricaine de développement (BID), la coopération suisse et la coopération allemande.

Réagir à cet article