Rockfam s'on pwa grate

UNE En 2017, c’est avec « Pwa grate » que Rockfam lame-a s’amène dans l’arène du carnaval . Cete plante épinuese qui est connue pour le picotement qu’elle garantit n’est pas lancée contre son compétiteur de toujours. C’est une façon pour les hommes au foulard noir de réveiller nos consciences sur les conséquences de nos actes. Notamment les mauvais.

Publié le 2017-02-16 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Il faut avoir fréquenté des écoles réservées essentiellement à des garçons pour savoir d’emblée ce qu’est le « pwa grate ». C’est une plantule avec des épines qui vous garantit la démangeaison quand quelqu’un vous assène un coup avec un brin. C’est l’arme de prédilection des bandes rivales au sein des institutions façon Lycée Alexandre Pétion, école de Frères… Rockfam lame-a opte pour ce titre pas pour faire peur à ses challengers de toujours mais plutôt pour prévenir ceux et celles qui agissent contre le pays du danger qui les guette en guise de dette karmique. « Politiciens et hommes ordinaires s’acharnent à faire du tort au pays tout en ignorant qu’ Haïti est un « pwa grate. Qui s’y frotte s’y pique ! », explique Pikan d’un air moqueur. "Lèl te timoun li te konn bay pwa grate epi li te konn pran tou." Parlant de querelle entre bandes rivales, on a questionné le groupe avec le mouchoir noir sur le pourquoi du semblant de cessez-le-feu avec son rival de toujours depuis quelque temps. Selon Preacha, l’âge amène la raison. Il avance qu’après plus de 10 ans sur le terrain le temps n’est plus aux hostilités. « Le beef c’est un truc de jeunesse.Quand on passe le cap de trente ans, il faut se tourner vers d’autres choses comme le social », avoue Fatal très peu bavard par rappport à ces potes. "Il s'est imposé naturellement", ajoute Preacha. Le thème du carnaval de cette année est en adéquation avec le titre de leur méringue selon eux. « Pou Ayiti reviv fòk moun yo konsyan li son pwa grate », souligne Preacha. Rockfam n’est pas des groupes en manque de chanson en réserve. Pikan explique que leur garde-manger est très garni. Quand il faut sortir un carnaval, il leur suffit de vérifier dans la liste laquelle se rapproche du thème soumis par le comité et puis le remixer pour l’adapter à la tendance du moment. « Pwa grate aurait pu sortir 2 ou 3 ans avant, elle n’aurait pas eu la teneur qu’elle a actuellement », explique le chanteur qui ne cache pas son observation de la marche du temps dans notre pays. Au fil des années, c’est Knaggs qui trouve le beat comme d’habitude. A partir de cette ossature chacun apporte sa pierre pour donner chair à la méringue. Il leur arrive souvent de s’associer à des partenaires externes . A titre d’exemple, pour « Pwa grate », Loulou, guitariste de Kreyòl-la, a ajouté quelque peu sa touche à la mélodie. Le dernier shooting pour le clip a eu lieu ce mardi 14 février. Comme c’est le cas depuis quelque temps, c’est Abdias Laguerre qui est sur le coup. Si aucune date n’est donnée pour son lancement, les artistes souhaitent ardemment que le public découvre le petit bijou au plus vite. La méringue n'a été lancée que vendredi soir. Une décision réfléchie des rappeurs. « En tant qu’un des ténors du carnaval, lancer tôt ou tard n’est pas un problème. On a opté pour la seconde proposition parce qu’on est sûr de la potentialité de notre musique, qui peut progresser dans les charts et le cœur de nos fans qui, en plus, ont beaucoup d’attentes par rapport au groupe », déclare Pikan avec assurance dans la voix. Preacha ajoute que le feedback se révèle déjà positif. Rockfam sera aux Cayes les jours gras. « Vous n’êtes pas sans savoir que notre groupe est absent de la fameuse liste de la mairie de la capitale. Par contre on sera aux Cayes, la ville hôte du carnaval national cette année, par la décision du gouvernement », nous fait remarquer Pikan. Preacha souhaite que les fans profitent au maximum du texte qui est bien travaillé. Pikan déconseille la violence comme c’est le cas chaque année au carnaval. « Fòk nou ale nou pa goumen pou lòt ane nou ka tounen », cite-t-il de son texte. Il les invite à agiter leur mouchoir noir devant le char durant les jours gras. Fatal, lui, remercie les fans qui permettent au groupe d’exister malgré des vents et marées et l'encourage à poursuivre dans cette lancée, à tout jamais.

Réagir à cet article