REGLES DOULOUREUSES: Quelques conseils pour mieux vivre ce calvaire

Publié le 2017-01-16 | Le Nouvelliste

Village Santé -

Qu’est-ce qui se passe lors des menstruations ? Les menstruations, communément appelées « les règles », correspondent au passage de sang par le vagin. Ce rendez-vous pratiquement mensuel peut se faire sans incident ou être accompagné de signes physiques et de symptômes connus sous le nom de syndrome prémenstruel tels : crampes abdominales, seins tendus (parfois prêts à exploser), boutons d’acné, changement d’humeur, irritabilité, fatigue. Ces symptômes parfois banals ou tout bonnement inexistants chez certaines femmes peuvent se révéler suffisamment sérieux pour perturber les activités quotidiennes d’autres femmes (absence au travail par exemple), et pourraient survenir durant les deux dernières semaines du cycle menstruel. Les menstruations durent généralement 3 à 5 jours et peuvent aller jusqu’à 7 jours. Près de 45 à 90 % des femmes font face à la dysménorrhée : douleurs abdominales intenses pendant les menstruations. Ces douleurs peuvent s’accompagner de migraine, de symptômes digestifs à type de nausée, de vomissements, de diarrhée et même de constipation. Et ces symptômes sont dits « normaux » puisqu’ils sont dus à des changements hormonaux. Comment prévenir et soulager la dysménorrhée ? Il existe des moyens tant médicamenteux que naturels qui peuvent aider les femmes à faire face aux changements observés durant leurs menstruations. • Si vous ne le saviez pas, certaines études ont montré que ce que l’on mange peut avoir un impact direct sur les symptômes ressentis durant les menstruations, principalement la douleur. En effet, la principale chose à surveiller durant cette période est votre consommation de sucre. Car la libération des sucres entraînent une surproduction d’insuline, et l’excès d’insuline cause la production de prostaglandines pro-inflammatoires qui aggravent la douleur lors des règles. • Evitez de consommer les viandes rouges riches en acides gras qui favorisent la formation de prostaglandines. Il faut aussi penser à diminuer sa consommation d’alcool et de café. • Il est également conseillé de consommer beaucoup d’eau, davantage de poissons gras, saumon par exemple, ainsi que tout autre aliment contenant des omega-3, de calcium, de la vitamine D, de la vitamine C et du magnésium. • Vous pouvez également gérer ces changements menstruels en pratiquant une activité physique régulière durant et même en absence des règles : marche, bicyclette, yoga… Car l’activité physique aide à l’oxygénation du corps et active la circulation sanguine. • Autre méthode naturelle et efficace dont nous entendons souvent parler est l’application de bouillotte d’eau chaude, un coussin chauffant ou une bouteille d'eau chaude sur le ventre, car la chaleur aide à détendre un peu tous les muscles qui se contractent sous l'effet des règles et calmer un peu la douleur. • Un bain chaud a également un effet apaisant. Cependant tout ceci peut entrainer l’augmentation de la quantité de sang durant les premières heures. • Certaines positions comme les jambes soulevées ou se coucher sur le côté avec les jambes repliées sur le thorax diminueraient l’intensité de la douleur. • D’autres mesures telles que l’application et la consommation de certaines huiles aromatiques, la consommation de gingembre et surtout la prise de médicaments, sans en abuser, principalement les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) 1 à 2 jours avant et durant les règles ou d’antispasmodique. Eviter le stress, se reposer sont des actions qui jouent un rôle important dans la gestion des symptômes menstruels. Donc, mesdames, n’hésitez pas à mettre en application ces différents conseils afin de soulager ces maudites crampes abdominales et consultez régulièrement votre gynécologue afin qu’il réalise une échographie abdomino-pelvienne mettant en évidence les organes de votre appareil génital, car la douleur liée aux règles peut être majorée en cas de maladies utérines comme le kyste des ovaires, les polypes ou l’endométriose…. Village Santé Dr Anne-Rose MIGUEL

Réagir à cet article