12 janvier : le souvenir cherche son âme

Publié le 2017-01-11 | Le Nouvelliste

National -

Plus d’une dizaine de personnes désherbent, coupent des chardons, peu avant midi, mercredi 11 janvier 2017. Des deux côtés du sentier en terre battue menant au mémorial des disparus du séisme du 12 janvier 2010, il y a des traces de brûlis. Autour de la pierre du souvenir, des enfants et quelques adultes arrosent des plantes quelque peu défraîchies, mordues par le soleil et battues par les bourrasques qui s’écrasent au pied de la colline. Les interventions de dernière minute sous les auspices du ministère de la Culture pour rendre le mémorial en état d'accueillir chef d’Etat, grands commis de l’Etat et quelques amis étrangers ne sont pas nouvelles. « Le nettoyage a commencé il y a quelques jours. Le président viendra déposer des fleurs ici demain », confie Valmyr Adlin, le vaillant gardien des lieux où deux présidents –bientôt trois- ont balancé des mots, évoqué le devoir de mémoire, la nécessité de ne pas oublier nos morts qui retombent dans l’oubli dès qu’ils tournent le dos. Sur le granit, au sud de «la porte du passage », il y a des traces blanches. Les carillons de vent, les cristaux qui représentent les larmes, les œuvres, les six statues, les gardiens de la mémoire qui devaient garnir le mémorial ne sont pas encore installés, comme l’avait annoncé l’an passé une personne proche de ce chantier censé s’étendre sur 16 hectares avec d’autres phases pour lesquelles l’argent manque. Pour certains, le mémorial n’est pas encore l’égrégore espéré. « Le site a un déficit d’âme, manque de ce quelque chose que je ne saurais expliquer », confie Jeanine Pierre-André dont le fiancé n’est jamais revenu ce mardi-là. « C’est comme si le mémorial n’est pas approprié, comme si nos morts n’étaient pas là », poursuit-elle difficilement alors que d’autres, des Haïtiens et des étrangers, fondent parfois en larmes lorsqu’ils viennent ici, soutient Valmyr Adlin dans cette discussion sur les sensations, le vécu, le mystique du site. A défaut d’interprétation du site, sur les murs, des mots, des voyages proposés par nos meilleures plumes sur ce drame collectif. Yanick Lahens, Jean Euphèle Milcé, Marvin Victor, Louis Philippe Dalembert, Emmelie Prophète. Emmelie Prophète, auteur du roman "Impasse dignité", évoque « Des mots et des jours »… Les mêmes questions restent posées. La douleur est mille fois racontée. Ressassée. Des milliers de cœurs battent dans le même désordre, la même disharmonie. Quel oubli faudirait-il inventer, comment reprendre la conversation avec la terre, l’habiter, l’aimer, la partager ? Parler de nulle part, s’entendre indéfiniment en écho, parler pour personne, même pas pour soi-même. Rien ne semble pouvoir rompre cette aphonie. Installée. Les mots pour décrire cette désespérance sont en invention dans le cœur, dans le regard, sous la poussière, durcie depuis par la pluie, le soleil, les pieds, l’indifférence. Habiter avec la force du désespoir. Habiter le bruit, la pluie, l’histoire passée et celle à venir, peut-être. De quelle fraternité est-il question dans ce monologue contre nature avec les autres? L’infortune est une denrée recherchée, une aubaine, une panacée qui apaise certaines consciences. La porte est grande ouverte et on entre à volonté. La misère renouvelée, augmentée chaque petit matin, chaque fin de journée fait le bonheur des objectifs pointés en permanence sur ces villages fragiles, ces corps en déserrance, ces mains tendues qui attrapent tout, l’aumône comme la maladie. Le temps de répit dans ce chaos est celui pour aimer. S’aimer. Aimer dans l’ignorance du mot. C’est mieux comme cela. Pourquoi mettre des mots quand souvent le corps n’existe plus, quand la plupart du temps il n’est qu’une incertitude, une hésitation entre le souvenir et la réalité. Tous ces corps aimés mélangés aux décombres, jetés, parce qu’il fallait inventer très vite l’oubli ou quelque chose qui lui ressemble. Confirmer, malgré les apparences, son statut de survivant alors que chaque seconde la conscience d’être habité par la mort s’aiguise. Aimer. Aimer malgré les désastres et au-delà des désastres, aimer le mort et le survivant d’amour égal, avoir peur et vouloir garder les yeux ouverts parce que l’amour continue à vouloir dire quelque chose, à se démarquer de l’incertitude générale. Le partage reste de l’ordre de ce qui se pratique, de ce qui se vit. La goutte d’eau polluée. Le pain improbable. Le rien. Se tenir compagnie. Se souvenir sans évoquer. Le silence. Il sera une fois, un autre jour, un autre pays, mais jamais d’autres cœurs et d’autres amitiés », a écrit Emmelie Prophète.

Réagir à cet article

Whoops, looks like something went wrong.

1/1 ErrorException in Filesystem.php line 111: file_put_contents(): Only 0 of 316 bytes written, possibly out of free disk space

  1. in Filesystem.php line 111
  2. at HandleExceptions->handleError('2', 'file_put_contents(): Only 0 of 316 bytes written, possibly out of free disk space', '/var/www/vhosts/lenouvelliste.com/httpdocs/vendor/laravel/framework/src/Illuminate/Filesystem/Filesystem.php', '111', array('path' => '/var/www/vhosts/lenouvelliste.com/httpdocs/storage/framework/sessions/fF9P6gXFwzvhOEcUCHFmzB1fA2zIXJnSwHmZYpFE', 'contents' => 'a:4:{s:6:"_token";s:40:"qavOqZ2h4S3lNJDQEGptplxOT5kk7f9lIs6zrSzH";s:9:"_previous";a:1:{s:3:"url";s:78:"http://lenouvelliste.com/article/167214/12-janvier-le-souvenir-cherche-son-ame";}s:9:"_sf2_meta";a:3:{s:1:"u";i:1503107053;s:1:"c";i:1503107053;s:1:"l";s:1:"0";}s:6:"_flash";a:2:{s:3:"old";a:0:{}s:3:"new";a:0:{}}}', 'lock' => true))
  3. at file_put_contents('/var/www/vhosts/lenouvelliste.com/httpdocs/storage/framework/sessions/fF9P6gXFwzvhOEcUCHFmzB1fA2zIXJnSwHmZYpFE', 'a:4:{s:6:"_token";s:40:"qavOqZ2h4S3lNJDQEGptplxOT5kk7f9lIs6zrSzH";s:9:"_previous";a:1:{s:3:"url";s:78:"http://lenouvelliste.com/article/167214/12-janvier-le-souvenir-cherche-son-ame";}s:9:"_sf2_meta";a:3:{s:1:"u";i:1503107053;s:1:"c";i:1503107053;s:1:"l";s:1:"0";}s:6:"_flash";a:2:{s:3:"old";a:0:{}s:3:"new";a:0:{}}}', '2') in Filesystem.php line 111
  4. at Filesystem->put('/var/www/vhosts/lenouvelliste.com/httpdocs/storage/framework/sessions/fF9P6gXFwzvhOEcUCHFmzB1fA2zIXJnSwHmZYpFE', 'a:4:{s:6:"_token";s:40:"qavOqZ2h4S3lNJDQEGptplxOT5kk7f9lIs6zrSzH";s:9:"_previous";a:1:{s:3:"url";s:78:"http://lenouvelliste.com/article/167214/12-janvier-le-souvenir-cherche-son-ame";}s:9:"_sf2_meta";a:3:{s:1:"u";i:1503107053;s:1:"c";i:1503107053;s:1:"l";s:1:"0";}s:6:"_flash";a:2:{s:3:"old";a:0:{}s:3:"new";a:0:{}}}', true) in FileSessionHandler.php line 83
  5. at FileSessionHandler->write('fF9P6gXFwzvhOEcUCHFmzB1fA2zIXJnSwHmZYpFE', 'a:4:{s:6:"_token";s:40:"qavOqZ2h4S3lNJDQEGptplxOT5kk7f9lIs6zrSzH";s:9:"_previous";a:1:{s:3:"url";s:78:"http://lenouvelliste.com/article/167214/12-janvier-le-souvenir-cherche-son-ame";}s:9:"_sf2_meta";a:3:{s:1:"u";i:1503107053;s:1:"c";i:1503107053;s:1:"l";s:1:"0";}s:6:"_flash";a:2:{s:3:"old";a:0:{}s:3:"new";a:0:{}}}') in Store.php line 263
  6. at Store->save() in StartSession.php line 88
  7. at StartSession->terminate(object(Request), object(Response)) in Kernel.php line 177
  8. at Kernel->terminate(object(Request), object(Response)) in index.php line 58