Pour commémorer le 12 janvier

L’administration Privert veut que le 12 janvier entre encore plus dans l’histoire. Selon un arrêté pris en Conseil des ministres, cette date est décrétée « journée nationale de réflexion et de sensibilisation aux catastrophes naturelles ». L’information a été annoncée par le ministre de la Culture et de la Communication, Marc Aurèle Garcia, qui communiquait l’agenda de commémoration de cette date fatidique.

Publié le 2017-01-11 | Le Nouvelliste

National -

7 ans après, la tristesse engendrée par le départ des proches ne souffre d’aucune anémie. Pour se souvenir des victimes mais pour nous rappeler aussi qu’Haïti n’est pas nécessairement exempte d'autres catastrophes naturelles, le gouvernement Privert-Jean Charles tente d’immuniser davantage la date 12 janvier contre l’amnésie collective. En conséquence, Marcus Garcia indique qu’à partir de cette année, le 12 janvier est décrété journée nationale de réflexion et de sensibilisation aux catastrophes naturelles. Cette décision a été prise en Conseil des ministres et dans un arrêté. « Nous devons toujours nous rappeler que le pays est très menacé par les catastrophes naturelles. Regardez ce qui s’est passé en octobre dernier avec l’ouragan Matthew », a dit Marcus Garcia. Pour marquer le 7e anniversaire du séisme, le ministre de la Culture et de la Communication souligne que plusieurs activités seront réalisées par le gouvernement. « Dans la matinée, le président Jocelerme Privert se rendra au mémorial Saint Christophe où il déposera une gerbe de fleurs en mémoire des victimes. Il se rendra ensuite au Palais national où, à partir de 10 h, une cérémonie sera organisée en hommage aux pays et organisations qui ont apporté leur aide à Haïti après le passage de l’ouragan Matthew », a-t-il détaillé. Dans l’après-midi, poursuit le ministre Garcia, un concert sera organisé au kiosque Occide Jeanty par les orchestres philarmoniques de Sainte-Trinité, de Yale University et de Cornell University. « Ils vont interpréter beaucoup de compositions qui sont pour la plupart haïtiennes. A 4h53, le président de la République demandera une minute de silence en mémoire des disparus », a expliqué le journaliste, qui s’est fait remarquer par sa bravoure en 2010 en informant la population durant les jours qui ont suivi le drame, ce en dépit du fait que sa femme était parmi les victimes. Le responsable de la chorale philarmonique Sainte-Trinité, le prêtre David César, a souligné que ce concert a la double vocation de recueillement et de relèvement : « Ces groupes veulent apporter leur solidarité dans la commémoration de ce moment difficile. Ils mettent à notre disposition leur temps et leur talent. Les musiques seront très sombres en vue d’inviter le public au recueillement et en même temps au relèvement. Nous devons continuer à vivre », a-t-il estimé, soulignant la grande capacité de résilience du peuple haïtien. Par ailleurs, le directeur de l’ISPAN, Patrick Durandis, a indiqué que ces groupes allaient se produire le 14 janvier prochain au palais Sans-Souci. Un site patrimonial qui a été sévèrement touché par un tremblement en 1842. « Nous voulons attirer l’attention de la population particulièrement sur les sites patrimoniaux, car le 12 janvier 2010, on a perdu des sites emblématiques. Je peux citer le palais national, le palais de justice, le palais législatif, etc. Donc nous voulons attirer l’attention des gens sur le travail de l’ISPAN et du ministère de la Culture au palais Sans-Souci. Avec des bailleurs internationaux, nous mettons l’accent sur le comportement parasismique de ces monuments emblématiques qui sont dans le Nord. Ce département est très menacé. On ne veut pas rester inactif », a-t-il dit, insistant sur la nécessité de préserver ces monuments qui sont classés patrimoines de l’humanité.

Réagir à cet article