2017 ka pi bèl si w angaje w nan kominote w

En Haïti, les problèmes étant si nombreux et touchant avec la même gravité tous « les secteurs de la vie nationale », on est en droit de se demander si les acteurs que souvent nous désignons comme responsables, qu’ils soient nationaux (institutions d’État, organisations de la société civile…) ou internationaux (ONG, institutions internationales et dérivés), auraient, à eux seuls, pu trouver la solution à nos maux. Est-ce que le changement tant souhaité, désiré et attendu ne passerait pas aussi par l’implication de chaque Haïtien, où qu’il soit et qui il soit ?

Publié le 2017-01-09 | Le Nouvelliste

Village Santé -

Grâce aux anthropologues, on sait aujourd’hui que le changement ne peut être exclusivement exogène, c’est-à-dire venir de l’extérieur ; il est aussi et surtout endogène, donc le fruit de l’implication et de l’engagement (le mot est lancé) de tous les membres d’une structure, d’un organisme ou d’une société. Nous autres Haïtiens, du moins beaucoup d’entre nous, avons trop souvent tendance à nous plaindre des difficultés qu’éprouve notre communauté en attendant ou espérant que l’autre vienne les résoudre. Nous nous croyons incapables (« je ne suis pas l’État »), impuissants face à la complexité de la réalité et l’immensité des choses qui « ne marchent pas ». Or, ce que nous n’imaginons pas, c’est que les petites contributions de chaque membre de la communauté, mises en commun, peuvent déjà faire beaucoup. Certes, quand on regarde la goutte d’eau que représenterait son action par rapport à l’océan de problèmes dans lequel baigne son quartier ou sa ville, on est tenté de penser qu’elle n’en vaut pas la peine. Mais l’exercice qu’aujourd’hui nous vous proposons, c’est de ne pas comparer sa contribution à la grandeur et la dimension des problèmes. Faites comme si votre action, votre petite contribution est ce qu’il y a de mieux pour votre communauté, et invitez ses proches à faire de même. Vous verrez les résultats. À Village Santé, nous croyons que dans tous les domaines, particulièrement dans ceux de la santé et de l’environnement, l’engagement communautaire peut être une arme puissante. Bien-être individuel et bien-être collectif ne vont jamais l’un sans l’autre. Lors même que vous auriez votre maison archi-propre, que vous respecteriez à la lettre tous les principes d’hygiène, que vous mangeriez sain et dormiriez suffisamment, si dans votre quartier les voisins jettent leurs déchets dans la rue et qu’à deux pas de votre maison se trouvent des piles d’immondices, nous sommes désolés de vous dire que vous n’êtes si protégé que ça ! Pourquoi ? Ben parce que vous ne pouvez pas empêcher que les mouches qui viennent de ces immondices franchissent votre barrière, ni empêcher que l’air pollué du dehors n’investisse votre maison et vos narines. La même analogie tient pour presque tous les domaines de la vie en société. C’est pourquoi la démarche intelligente serait de contribuer au bien-être collectif tout en continuant à prendre soin de soi-même et à soigner son environnement. Pour cette nouvelle année, prenons la décision de nous impliquer pour notre communauté. Libre à chacun d’entre nous de déterminer comment il veut contribuer et dans quel domaine, l’important étant de s’engager à rendre service à la collectivité ! Men anpil, chay pa lou ! Yon sèl dwèt pa manje kalalou ! 2017 ap pi bèl si w angaje w nan kominote w !

Réagir à cet article