Cerca-la-Source : 3 marchés binationaux

Elevée au rang de commune depuis 1919, Cerca-la-Source fait partie des communes qui se retrouvent à la troisième et dernière catégorie des mairies de la République. Le maire principal, Castel Apollon, dit faire des efforts dans l’administration communale pour essayer de relever la commune…

Publié le 2017-01-06 | Le Nouvelliste

Economie -

Cerca-la-Source fait partie de l’une des deux communes du département du Centre qui sont dépourvues de courant électrique. Une tentative, en 2015, d’amener l’électricité dans cette commune, en plaçant quelques poteaux électriques dans quelques rues, s'était avérée une initiative mort-née. Selon le maire principal de cette commune, ce problème d’électricité est le plus gros défi à relever de son administration. « C’est notre plus gros problème et nous comptons l’aborder au cours de notre mandat, a déclaré Castel Apollon, ajoutant que la commune fait face également aux problèmes de bétonnage des rues de la ville, de l’aménagement des tronçons reliant la ville aux trois sections communales et de l’établissement d’un système de santé plus efficace. Commune frontalière étalée sur un peu plus de 270 kilomètres carrés, Cerca-la-Source est reliée à trois villes de la République dominicaine, notamment Pedro Santa, Barnica et Restauracion. « Ce qui fait que nous avons 3 marchés binationaux dans la commune qui animent son économie », a indiqué le maire de Cerca-la-Source, ajoutant que, grâce à ces activités, la commune a pu rentrer en moyenne, depuis qu’il a pris la tête de l’administration communale, des revenus évalués à plus de 100 000 gourdes. « À notre arrivée à la tête de l’administration communale, la mairie ne faisait pas de perception de taxes, a-t-il indiqué, soulignant qu’il a fait la demande d’un inspecteur de la DGI pour permettre à la commune de rentrer plus d’impôts et de taxes pour répondre aux besoins de plus de 51 000 habitants de cette commune. L’édile de Cerca-la-Source regrette qu’il n’y ait à présent qu’un inspecteur pour tout l’arrondissement de Cerca-la-Source. « Nous devons aller chercher de l’argent dans toutes les activités génératrices de revenu, a indiqué M. Apollon, citant en exemple les entreprises, les gaguères, les marchés… « Nous voulons augmenter notre offre de service à la communauté », a-t-il dit. Avec un seul centre de santé, la commune n’a pas les moyens de prendre soin de plus de 51 000 habitants. Le maire dit constater que les habitants vont, avec les trois points de contact avec la République dominicaine, de l’autre côté de la frontière pour leurs soins médicaux. « Il y a aussi des jeunes qui vont là-bas pour leurs études universitaires », a souligné M. Apollon. Appartenant à la troisième catégorie des mairies de la République (les mairies les plus faibles), la mairie de Cerca-la-Source dispose d’un effectif de 47 employés pour faire marcher l’administration communale. « Pour cet effectif, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales octroie une enveloppe de 219 000 gourdes par mois à la commune », a-t-il fait savoir, avouant qu’il ne gagne qu’une pitance comme salaire (30 000 gourdes) brut à la tête de cette administration communale. Dans cette commune, on compte 4 juges de paix, deux commissariats – au centre-ville et à Tilory – pour un effectif d’environ 30 policiers. « Mon administration s’attèle à servir tant bien que mal les habitants de ma commune », a indiqué Castel Apollon. Composée de trois sections communales – Acajou Brûlé 1, Acajou Brûlé 2 et Lamielle – l'économie de Cerca-la-Source repose sur la culture du café, du poids congo, du maïs, du citron vert et de la canne à sucre. L'élevage et la production de miel sont également deux secteurs d'activités importants.

Réagir à cet article