Haïti à l’épreuve de Suriname

Défaite interdite pour Haïti, ce vendredi 6 janvier à Ato Boldon Stadium (Trinidad) face à Suriname, en barrage de l’édition 2017 de la Gold Cup. Si les chiffres parlent pour les Grenadiers, la récente victoire (2 à 1), après prolongation des Suriboys contre Trinidad, laisse planer quelques doutes dans le camp des Haïtiens, privés d’une pléiade de stars.

Publié le 2017-01-05 | Le Nouvelliste

Sport -

Entre le 23 octobre 1977, deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA Argentine 1978, et le 19 novembre 2008, premier tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA Afrique du Sud 2010, Haïti et Suriname, dans leur histoire footballistique, se sont affrontées à huit (8) reprises. Dans ce petit jeu, le bilan statistique parle en faveur des Grenadiers qui restent sur deux (2) victoires, une défaite et 5 nuls. Si les Grenadiers ont inscrit 8 buts, les Suriboys, eux, ont marqué 7 buts. Un match historique Contre Suriname, Haïti n’a jamais brillé. À titre d’exemple, lors du premier match entre les deux pays, disputé au stade Aztèque (Mexique), le 23 octobre 1997, les Grenadiers s’imposèrent par un petit but d’écart (1-0). Même cas de figure le 18 novembre 1979 à Paramaribo, en finale de la Coupe Caraïbe des nations. Pour l’occasion, Haïti, grâce à un but de Canez Vélima, avait pris le dessus aux dépens du pays hôte pour s’emparer de son premier titre caribéen. Pourtant, avant d’être sacré champion de la Caraïbe en 1978, Suriname, le 22 octobre à Queen’s Park Oval (Trinidad), s’était montrée impitoyable en balayant Haïti par 3 à 0. 39 ans plus tard, les deux pays se retrouvent, une nouvelle fois, à Trinidad, Ato Boldon Stadium (Couva, San Fernando), en barrage pour la Gold Cup 2017. Mechack Jérôme le rescapé Faisant partie de la liste des 18, sous la houlette de Wagneau Éloi, pour affronter Suriname au stade Sylvio Cator le 20 août 2008 (2-2), l’actuel capitaine de la sélection nationale, Mechack Jérôme, malgré son jeune âge, a été titularisé par le nouveau sélectionneur d’alors, le Colombien Jairo Rios Rendon, lors du dernier face-à-face (1-1) entre les deux nations, le 19 novembre 2008 à Andre Kamperveen Stadium (Paramaribo). Pour l’occasion, Kervens Fils Belfort a été conservé sur le banc des remplaçants. Autant dire que Mechack, sans crainte d’être démenti, est mieux placé, que quiconque pour conseiller ses coéquipiers sur l’équipe de Suriname qui a créé la sensation, mercredi soir, en battant Trinidad 2 à 1 après prolongation. Point commun entre les deux pays Les Grenadiers, après le départ volontaire de Patrice Neveu, est dirigé par un sélectionneur intérim, Jean Claude Josaphat. Dans le camp surinamien, le constat est identique. En effet, les Suriboys sont entraînés par un sélectionneur par intérim. Il s’agit de Roberto Gödeken en remplacement de Werner Blackson. Pour le reste, Haïti, deux fois championne caraïbe 1979 et 2007, est de loin mieux lotie que Suriname, une fois champion caraïbe 1978, dans le dernier classement mondial de la FIFA, paru le 22 décembre. Sur le plan mondial, Haïti est 73e et 5e de la Caraïbe. Pour sa part, Suriname est 150e et 19e dans la zone caraïbe. Il est à signaler, pour qu’Haïti puisse rester en vie dans la course à la qualification pour l’édition de la Gold Cup 2017, elle ne doit absolument pas perdre, ce 6 janvier 2017, devant Suriname, surprenant tombeur de Trinidad en ouverture de ce barrage triangulaire.

Réagir à cet article