Les premières promesses du président élu

Publié le 2017-01-04 | Le Nouvelliste

Editorial -

Le président élu Jovenel Moïse, sitôt les résultats définitifs de la présidentielle proclamés, s’est adressé à la nation le 3 janvier dans la soirée. Dans son message de près de deux mille mots, il a fait ses premières promesses. Dès l’entame de son allocution, Jovenel Moïse a dit : « Mwen pran devan nou angajman pou m travay ak tout Ayisyen men nan men pou nou mete peyi a sou wout lòd, disiplin ak pwogrè. » Il assure aussi que « Mwen pral travay pou tout Ayisyen san distenksyon ». S’adressant à ses compétiteurs de la course électorale, le représentant du PHTK a déclaré : « Nan senkan k ap vini la a, nan non Ayiti m ap bezwen eksperyans nou, konpetans ak devouman nou pou n travay ansanm pou chak Ayisyen ka gen manje nan asyèt li ak lajan nan pòch li ». En plus de ses remerciements à ses partisans, le président élu a salué et remercié les partis politiques alliés du PHTK et a mis l’accent sur les candidats Roland Magloire, Marc Arthur Drouillard et Amos André qui ont renoncé à leur ambition pour l’endosser. Pour Jovenel Moïse, sa « victoire est la victoire de la jeunesse du pays qui est à la recherche d’une formation, d’un emploi et d'espaces de loisirs pour développer ses talents. C’est la victoire de la démocratie ». Il promet de mener pendant son mandant « une politique qui priorise les intérêts supérieurs de la nation sur les intérêts particuliers ». Voulant se démarquer de ses prédécesseurs, le président élu promet que le mandat présidentiel de cinq ans qui lui est confié, en toute liberté, par le peuple, « aura pour boussole la volonté agissante et le pragmatisme vigilant opposés à l’immobilisme ambiant ». « Les réformes, les programmes et les projets nécessaires pour améliorer les conditions de vie de la population seront mis en œuvre», affirme celui qui s’est présenté mardi soir comme « le président de tous les Haïtiens sans distinction aucune ». Reconnaissant que « les Haïtiens ont tant souffert pour construire des institutions démocratiques qui méritent d’être renforcées pour éviter toute forme de dérive des temps révolus », Jovenel Moïse a pris l’engagement mardi soir de « travailler au renforcement de nos institutions républicaines et à la consolidation de la démocratie dans le pays». Haïti, selon lui, « a un besoin urgent d’institutionnalisation de la démocratie et de consolidation du vivre-ensemble. Ce sont les conditions indispensables pour permettre au pays de renouer avec le développement socio-économique et le progrès humain… » Il met la stabilité au rang de « premier des biens publics ». Dans son discours à la nation, le président fraîchement élu a annoncé la tenue d’états généraux sectoriels de la nation pour les prochains mois. « Nous allons bâtir un consensus national sur les enjeux du développement national et créer des passerelles de communication permanente entre les différentes élites du pays, leur permettant d’aborder l’avenir avec assurance et transmettre à la génération de demain un pacte pour le progrès et un pays où il fait bon vivre», certifie Moïse. Il donne la garantie par ailleurs que son « administration travaillera afin de garantir la cohésion et l'unité nationales ». Sans être plus explicite, Jovenel Moïse a dit que son mandat présidentiel serait l’occasion « d’entreprendre les réformes nécessaires et d’offrir de meilleures perspectives d’avenir aux citoyens. Le temps de tergiversation avec les intérêts de la nation est terminé », affirme-t-il. Avant de conclure que « l’Etat doit servir et protéger tout en améliorant le rapport coût/efficacité ». Pour le moment, ce discours est le premier fondement du programme politique du prochain président qui n’a pas eu avec son parti, le PHTK, un programme de gouvernement formel. C’est au fur et à mesure ou au fil des actions que le pays découvrira la route que compte emprunter le prochain président.

Réagir à cet article