Les meilleurs voeux du Nouvelliste pour la Noël et le Nouvel An

Publié le 2016-12-23 | Le Nouvelliste

Editorial -

La Noël est à nos portes, l’année 2017 s’annonce. Il est temps de faire la halte traditionnelle sur l’année écoulée et de former des vœux pour les jours à venir.\r\nChaque jour de 2016, des Haïtiens et des Haïtiennes ont quitté le pays pour aller vivre et chercher une meilleure vie en Amérique latine. Au Brésil, au Chili, n’importe où, avec en tête le projet de rejoindre au plus vite les Etats-Unis d’Amérique en passant par le Mexique. Il y a une nouvelle route. De nouvelles épreuves. De grandes espérances. Le courage des partants souligne encore une fois l’échec de ceux qui restent.\r\nHaïti a connu au début de l’année 2016 une transition politique. Un nouvel exécutif s’est installé en février. Nous attendons en cette fin de décembre la conclusion des élections. En 2017, il y aura de nouvelles autorités à la tête du pays. Armons-nous de sérénité pour accompagner le changement.\r\nLes moments de grande cohésion nationale ont été rares en 2016, mais comment oublier la participation de l’équipe nationale de football à l’édition du centenaire de la Copa America ? Avec l’élite du football de notre continent nous avons fait jeu égal. La succession de défaites n’enlèvera pas le plaisir d’avoir espéré avec le onze national. Il nous reste tant de défis à relever.\r\nLe cyclone Matthew restera la catastrophe majeure des douze derniers mois. Les ravages de cet ouragan dans la Grand'Anse et dans le Sud laissent une trace meurtrie dans la vie des survivants. Les dernières régions autonomes du pays au point de vue alimentaire souffrent de grandes privations. Nous pensons à eux en cette période de fête et de partage. \r\nL’année 2016 a failli s’achever sur une grande victoire pour le peuple haïtien. L’Organisation des Nations unies a enfin reconnu sa responsabilité dans la propagation du choléra en Haïti. Le secrétaire général sortant, Ban Ki-Moon a fait des annonces et, à petits pas, a fini par reconnaître les torts causés à nous par le choléra, par les négligences de sa mission de stabilisation. Les premières campagnes massives de vaccination ont débuté. On cherche les fonds pour l’assainissement et l’eau potable. Il n’en demeure pas moins que la victoire a un goût d’inachevé et le sentiment que l’ONU veut nous rouler dans la farine est tenace. \r\n « Si tu veux profiter de ta vie, apprends à profiter de ta simple journée », a dit Confucius. C’est avec cette pensée que nous entamons avec vous le dernier sprint de cette fin 2016. \r\nCette année, deux des jours les plus fastes de l’année tombent un dimanche. C’est le cas pour le 25 décembre et, la semaine prochaine, pour le 1er janvier. Beaucoup se désolent de ces jours « perdus » parce que le week-end est déjà une fête. Quand Noël et le jour de l’An se célèbrent en semaine, la fête paraît plus longue. Il n’en n’est rien.\r\nAvec cette conjonction de dimanche vous avez la possibilité de faire totalement vôtres, vos deux fins de semaine de fête. Elles ne vous sont pas accordées par le calendrier, elles sont à vous. Profitez-en pleinement.\r\nLa Noël et le nouvel An sont des moments de recueillement pour les Chrétiens. C’est un temps pour penser à la famille qui se retrouve, aux êtres aimés qui sont loin. Un temps pour faire le point sur soi, sur la vie, sur l’année qui s’en va. Noël et nouvel An riment aussi avec regrets, remords et nouvelles résolutions. On est dans un mélange d’introspections et de projections. Faites ce que vous voulez de vos jours de congé.\r\nDepuis quelques années, en Haïti, l’esprit des fêtes est corrompu par l’atmosphère ambiante. Le climat politique. La situation économique. L’instabilité sécuritaire.Une énième crise que l’on traîne comme une vieille grippe jette souvent un manteau de découragement qui refroidit l’enthousiasme des plus optimistes. On fête sans conviction. Dans la déprime. On se réjouit, forcé et gêné. Sans s’amuser. \r\nL’attente de jours meilleurs qui ne claironnent jamais leur arrivée entrave la manifestation de l’espérance de la Noël et ternit la joie de célébrer joyeusement le temps qui passe avec une année qui chasse l’autre. Nous ratons trop souvent le meilleur de l’année après avoir vivoté pendant plus de onze mois. C’est dommage.\r\nComme il est une tradition dans les pages du Nouvelliste, à l’occasion de la Noël 2016 et du nouvel An 2017, nous adressons nos vœux les meilleurs à nos lecteurs, à nos commanditaires, à nos amis. La direction du journal, les journalistes et tous les employés ont été heureux de bénéficier de votre confiance une année de plus.\r\nAu Nouvelliste, nous restons convaincus que chacun doit chercher à faire le bien aussi bien qu’il le peut lors de l’accomplissement de la plus simple tâche ou lors de l’exercice des plus grandes responsabilités. Pour l’année qui vient, nous souhaitons que chacun fasse bien, du mieux qu’il peut, ce qu’il a à faire et, ainsi, tous, nous irons mieux.\r\n\r\n\r\n\r\n\r\n

Réagir à cet article