Ces leaders qui se battent pour que 2016 ressemble à 2015

Publié le 2016-12-22 | Le Nouvelliste

Editorial -

L’an dernier, à pareille époque, le second tour des élections était hypothétique. La vérification des procès-verbaux provoquée, entre autres, par le parti Fanmi Lavavas et les atermoiements du Conseil électoral provisoire de Pierre-Louis Opont creusaient inexorablement le trou où l’élection présidentielle de 2015 allait finir par être enterrée.\r\n\r\nCette année, nous sommes encore dans la vérification des procès-verbaux après la tenue d’un premier tour de présidentielle. Personne ne peut dire avec certitude, en cette veille de week-end de Noël, qu’il y aura ou pas de second tour de la présidentielle. Avocats et juges électoraux s’affrontent dans un lent processus dont les contours flous se dessinent sous nos yeux, chaque jour un petit peu, procès-verbal après procès-verbal, consensus et désaccords se poursuivant dans un jeu de chat et de souris au Centre de tabulation des votes.\r\nLa population est partagée entre l’envie d’en finir à n’importe quel prix avec ces interminables élections pour passer à autre chose et un royal je-m’en-foutisme, tant les politiciens haïtiens épuisent notre attention avec la construction permanente des fondements du chaos. \r\n\r\nLe temps passe et nous faisons du sur-place. Encore et encore.\r\nSi on y regarde bien, c’est la troisième saison de fête de fin d’année qui est hypothéquée par un relent de crise politique. En 2014, Michel Martelly, bloqué par les manifestations, a changé de premier ministre et affronté les derniers jours de la 49e législature. En 2015, ce sont les indigestes élections qui ont indisposé la quiétude d’esprit de la population. Cette année, c’est encore une affaire d’élection qui nous empêche de penser à autre chose.\r\n\r\nPour couronner le tout, comme s’il ne valait pas mieux que cela, l’ex-président Michel Martelly a fait une sortie des plus remarquées ce jeudi en faisant la promotion de son grand bal de retour à Port-au-Prince ce 23 décembre. Interrogé à l’émission de Carel Pèdre sur Radio One, le chanteur a annoncé que sa «méringue» carnavalesque 2017 était prête. Le titre annoncé de sa prochaine chanson est on ne peut plus clair : « 2 ke nan dèyè Ti Lili ». L’an dernier, à pareille époque, le président chanteur chantait déjà Ti Lili dans sa méringue « Ba l Bannann Nan ». \r\n\r\nOn dirait que chacun fait de son mieux pour que notre pays reste à la traîne, en cultivant les vieilles rengaines, en alimentant les haines recuites et repassant les mêmes solutions défraîchies.\r\n\r\n

Réagir à cet article