Matraquage psychologique et lynchage médiatique.

Publié le 2016-12-21 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

Par Assad Volcy Depuis l’organisation des élections du 20 novembre dernier, le secteur démocratique est dans le collimateur des secteurs les plus réactionnaires du pays. L’on assiste à un véritable lynchage médiatique et à un matraquage psychologique ciblant les militants et dirigeants politiques qui rêvent d'une autre Haïti. Des accusations fantaisistes lancées par certains philistins, utilisant des micros complaisants, versent des tombereaux d’injures sur les adversaires politiques de l’ancienne opposition au régime Tèt Kale. À travers leurs invectives, on pourrait déduire qu’ils cherchent à donner mauvaise conscience à ceux qui ont dédié leur vie à l’établissement d’un État de droit, d’une démocratie véritable non imposée et à la mise hors la loi de l’exclusion de la majorité. Ils ne ratent pas une occasion pour diaboliser les leaders du mouvement populaire. Cet assassinat moral vise à décourager ces avant-gardistes, voire les mettre dans une situation de gêne, les pousser à éprouver un sentiment de dégoût et à renoncer à faire de la politique en Haïti. LES OBJECTIFS STRATÉGIQUES Ils ont inventé des arguties faute d’arguments pour faire croire que les dernières élections ont vu le peuple mettre à la retraite ou rejeter ces empêcheurs de tourner en rond qui avaient empoisonné les velléités dictatoriales de Michel Martelly. L’idée qui sous-tend cette réflexion est que le peuple en a marre des hâbleurs et qu’il convient de les envoyer paître en enfer. D’un autre côté, les tenants du statu quo cherchent à l’infantiliser en insinuant qu’il ne sait pas ce qu’il veut et qu’il fait toujours de mauvais choix. Cette campagne constitue une forme de démobilisation. Une fois les luttes populaires réduites à leur plus simple expression, les partisans du système corrompu auraient un boulevard devant eux pour mettre le pays en coupe réglée.Tout par et pour eux : rien pour les marginaux, les laissés -pour-compte ou exclus de la République. Depuis deux cent douze ans que cela dure, pourquoi le changer? NOAM CHOMSKY dans cette conjoncture Cette campagne de dénigrement médiatique s’inscrit dans un cadre très précis: la manipulation des esprits. Cette méthode n’est pas nouvelle, elle a déjà été expérimentée ailleurs dans le monde. Plusieurs sociologues ont déjà expliqué dans des recherches savantes les conséquences pratiques de cette stratégie sur l’opinion publique. À ce sujet, il serait intéressant de se référer à Noam Chomsky, un linguiste et militant politique américain. Il a eu a définir clairement les diverses stratégies de la méthode visant à travailler l’opinion publique, à la retourner contre les éléments les plus avancés et les plus conscients du mouvement populaire. Il a démontré que, dans certains cas, des médias dirigés et aux mains des oligarques, sont utilisés pour créer la mauvaise conscience chez des révolutionnaires qui pourtant devraient se trouver en situation de révolte. Nous ne sommes pas dupes, nous connaissons heureusement l'histoire de l'humanité. Les peuples doivent savoir que leur destin ne dépend que d'eux-mêmes. COMPRENDRE LE JEU Le Conseil électoral provisoire apporte aussi son grain de sel dans cette campagne de légitimation. Par exemple, dans ses résultats préliminaires, il prétend que nous sommes classés en 11e position dans le département de l’Ouest à l'issue des récentes élections. Même nos adversaires, les plus coriaces, y voient non seulement une vaste plaisanterie mais aussi de la manipulation et du mensonge. Il est impossible qu’une telle infamie soit associée à notre nom. Même dans les rêves les plus fous. Nous comprenons le jeu, ainsi que le peuple. Nous n'avons aucun doute sur l’intention de certains ennemis de la démocratie : ils veulent à tout prix humilier les leaders qui se sont dressés en face de l’oligarchie et qui ont tout fait pour empêcher que les élections frauduleuses baptisées ironiquement « grenn soulye » par Evans Paul soient organisées dans le pays. CONVICTIONS ET VISION Nous sommes socialiste dessalinien ; ce sont nos convictions qui guident chacune de nos actions politiques. Nous sommes en rébellion contre ce système qui maintient la majorité dans une misère sans nom. Nous ne sommes pas prêts à vendre notre âme et notre conscience. Tous ceux qui connaissent l’histoire savent que les valets de l’oligarchie et des biberons de la corruption ont toujours engagé des éléments de la classe moyenne en vue de perpétuer le système, assassiner le caractère des combattants et combattantes qui se tiennent droit et qui refusent justement que ce système soit au service d'une "petite minorité". La mission des antinationaux est de faire passer les bourreaux pour des victimes en entretenant sans arrêt une campagne de terreur médiatique. S’il n’ y avait pas d'historiens et de journalistes conséquents, on aurait à chaque fois écrit l’histoire à l’envers. Ce n’est pas la 1ère fois qu’ils essaient cette stratégie. Ils l’ont fait contre Charlemagne Péralte et contre le père de la nation, Jean-Jacques Dessalines. Sans la liberté de l’information exprimée par des journalistes et des écrivains non manipulés, on aurait fait passer ces deux héros pour des voyous, des bandits de grand chemin. Malheureusement en Haïti, ce sont les vaincus qui ont écrit l’histoire. Nous faisons l’histoire et nous marchons vers la victoire. LES ACTEURS DU CHANGEMENT Les militants qui veulent voir une nouvelle Haïti doivent garder le moral bien haut, ne doivent pas se laisser intimider, rester unis au combat . Nous sommes les acteurs du changement , nous devons continuer à influencer le changement, malgré les menaces, les intimidations et les techniques de manipulation du laboratoire antinational. Pas besoin d’être grand clerc pour savoir que des choses très louches se sont déroulées lors des élections du 20 novembre 2016. C'est pour cela qu'il faut mener une enquête pour que le vote populaire soit respecté. Les tenants du matraquage psychologique veulent imposer l'idée selon laquelle le peuple aurait voté contre les opposants au régime Martelly. De quel peuple parlent-ils ? Cela signifierait au fond que seuls les partisans de M. Martelly avaient voté dans une élection organisée uniquement pour eux. Cela voudrait dire que le peuple revendicatif se serait croisé les bras et aurait laissé faire contre lui. En fait, raisonnons par l’absurde; même quand le candidat du PHTK, Jovenel Moïse passerait, cette thèse ne tiendrait pas. D'autres facteurs pourraient expliquer cette victoire. Carnaval en novembre? Nous rejetons catégoriquement les résultats préparés par des officines. Ce carnaval électoral ne fera pas danser le peuple. Ce masque bont on nous a affublé ne peut pas voiler la vérité. Nous protestons haut et fort contre ce déguisement qui ne nous ressemble guère. Nous évoluons toujours à visage découvert au nom de la démocratie. Les procès-verbaux que nous avons collectés se sont révélés incomplets mais démentent sans coup férir le classement du CEP. Et sur cette base nous avions décidé de ne pas contester légalement devant le tribunal électoral. Ceux qui détiennent des preuves et qui persistent à vouloir aller jusqu’au bout devant le bureau du contentieux électoral, nous leur demandons de tout faire afin que lumière soit faite et que les juges non corrompus prennent leur responsabilité historique : démasquer les manipulateurs. Par contre, si après de bonnes vérifications, il s’avère qu’un candidat a passé le cap au premier tour sans bavures, comme démocrates nous saluerons sa victoire. S’il faut un 2e tour, nous devons sans ambages prendre cette direction pour éviter une nouvelle crise au pays. Autrement, les fraudeurs doivent subir les rigueurs de la loi, qu’ils soient candidats à la présidence, au Sénat ou à la Chambre des députés. Nous voulons un pays stable avec des élus issus d’élections transparentes et crédibles sans combines dans le respect du vote populaire. Le matraquage psychologique et le lynchage médiatique de ceux qui protègent les intérêts des accapareurs des richesses du pays ne nous feront pas reculer d’un pouce. Au contraire, nous avancerons avec une plus forte détermination en criant en avant jusqu’au renversement du "système". Vive Haïti, vive la mobilisation pacifique, vive la lutte du peuple haïtien !

Assad Volcy, coordonateur général OTAN (òganizasyon Tèt Ansanm Nasyonal) Pou Lari A ! ) Auteur

Réagir à cet article