La Chambre de Commerce et d'Industrie du Nord écrit au directeur général de l'APN

Publié le 2016-12-19 | Le Nouvelliste

Société -

Cap-Haitien, le 12 décembre 2016 Monsieur Alix CELESTIN Directeur général de l’Autorité Portuaire Nationale En ses bureaux Monsieur le Directeur général, Aujourd’hui la Chambre de Commerce et d’Industrie du Nord ne peut laisser passer cette opportunité de présenter ses réflexions sur le projet de modernisation du port du Cap-Haitien devant cette assistance où se retrouvent sur la même plateforme tant de personnalités et d’entités intéressées au futur du port du Cap-Haitien. Je veux d’abord confirmer ce qui a été en même occasion par le président de la Chambre et son conseil d’administration, les utilisateurs du port, les autorités publiques de la ville du Cap-Haitien, à savoir que ce projet d’aménagement et de modernisation est d’une très grande importance pour la région et par conséquent obtient notre plus entier support. Cependant, nous avons déjà soumis nos réserves à nos partenaires du gouvernement central de l’APN,de USAID et autres secteurs, sur la façon dont le processus a été mené jusqu’à ce jour. Nous ne comprenons pas en effet que le secteur privé du Nord, les utilisateurs du port entre autres, les locataires et agents maritimes puissent être écartés au lieu de faire partie intégrante de ce projet. On peut d’ailleurs constater l’absence totale de la mairie du Cap-Haitien qui devrait être l’instance la plus concernée par un projet aussi transformateur pour la ville. Les points suivants doivent être rapidement mentionnés : 1) Le projet a été construit et préparé sans la réelle participation de la communauté. Le projet final nous a été présenté en tout dernier ressort alors que les appels d’offres avaient été lancés et les plans définitifs arrêtés. Personne ne savait que le quai touristique allait être éliminé et le quai commercial substantiellement réduit causant potentiellement des retards considérables dans le débarquement des marchandises, qui aboutira certainement à une augmentation du coût de la vie. D’ailleurs, la majorité des revenus de l’APN au Cap-Haitien provient de l’utilisation du quai commercial. Rappelons aussi que cette ville est considérée comme le point fort du tourisme haïtien. 2) L’APN est liée à des contrats passés en toute bonne foi avec des entités qui se croyaient légalement protégées jusqu’à l’expiration de cesdits contrats. Voilà qu’au jourd’hui ces contrats sont unilatéralement et arbitrairement résiliés par l’une des parties sur des bases non encore expliquées. Le gouvernement haïtien et l’APN leur doivent des explications claires et leur protection quant au respect de leurs droits de locataires. Remarquez que très peu de ces locataires participent à cette rencontre. Personnellement, en tant que président de la Chambre de Commerce doublé du statut de locataire de l’APN, je n’ai reçu que très tardivement une invitation à y participer. Les locaux sont donc tenus à l’écart. 3) L’APN prévoit de signer un contrat de vingt-cinq ans avec le gagnant de l’appel d’offres. Imaginez les défis auxquels la mairie de cette petite ville, qui souffre déjà aujourd’hui, devra faire face pour gérer l’augmentation en trafic de conteneurs dans les années qui viennent. Et pourtant, elle n’a même pas été invitée à dire son mot dans les débats en cours. On peut déjà constater que le port actuel sera obsolète dans les dix prochaines années d’où la nécessité pour le secteur privé, le gouvernement, l’APN et éventuellement des investisseurs nationaux et internationaux de travailler déjà à présenter une alternative. Le Cap-Haitien est beaucoup trop important dans l’histoire de ce pays et de l’humanité pour qu’il en soit autrement. 4) Volume et qualité de service : le port du Cap-Haitien reçoit en moyenne 400 conteneurs par mois. Ce qui est loin d’être suffisant pour justifier un investissement en équipements sophistiqués pour le débarquement de navires. Une étude préparée par une firme spécialisée se trouvant en Floride a confirmé que les équipements actuellement au Port peuvent être utilisés jusqu’à ce qu’un volume de 1000 conteneurs par mois soit atteint. L’APN a une copie de cette étude. Il est évident que les aménagements tels que la consolidation du quai pour qu’il soit parasismique, le paysage du terminal et du quai touristique, l’éclairage, la sécurité et autres rendront le port plus efficace. Mais ceci ne peut en aucune façon justifier la mise à l’écart des utilisateurs actuels au profit exclusif de nouveaux investisseurs. D’ailleurs, le secteur privé du Nord est prêt à participer de plein droit à la destinée du port en partenariat avec d’autres secteurs nationaux ou internationaux qui pourraient lui apporter l’expérience et la connaissance nécessaires à l’amélioration des services déjà fournis. Si l’augmentation des activités à Caracol le demande, le secteur privé du Nord est sûr de pouvoir y faire face avec une telle collaboration. 5) Faisons finalement la remarque que l’investissement de 65 millions de dollars prévus pour cette modernisation a diminué d’une certaine proportion à cause de l’utilisation de consultants et autres services externes qui aurait pu être évitée si la communauté avait pleinement participé à ce processus dès le début. Monsieur le Directeur général nous pensons que des corrections peuvent être encore apportées pour intégrer le Nord d’Haïti dans la modernisation de ce port. Nous attendons votre mot et celui du gouvernement central pour que cette intégration devienne réellement effective et, pour cela, nous vous remercions. Marc GEORGES Président, CCIN Cc :Mr. Yves Romain Bastien, Ministre de l’Économie et des Finances Mr. Jene Thomas, Directeur USAID Mme Norma Powell, Directrice générale du CFI Mr. Jean Etienne, Député Cap-Haitien Mme Dieudonne Luma Etienne, Sénateur élu/ Nord Mr. Nawoon Marcellus, Sénateur élu/ Nord Mr. Wesner Polycarpe, Sénateur de la République Mr. Jean Claude Mondésir, Maire du Cap-Haitien

Réagir à cet article